Maison positive : les débuts d’une révolution encore discrète

Bonne nouvelle : dès le tournant de la prochaine décennie, les maisons neuves vont encore gagner en performance thermique, au point de réduire votre facture de chauffage à sa plus simple expression ! Ci-dessous l’essentiel à savoir sur la future maison à énergie positive, ou BEPOS.

Qu’est-ce qu’une maison à énergie positive ?

Le « bâtiment à énergie positive » ou BEPOS est un concept révolutionnaire qui devrait définir les nouvelles normes de la construction dans un futur très proche. Le principe d’une maison à énergie positive est particulièrement simple et intuitif : il s’agit, pour la maison et ses habitants, de produire davantage d’énergie qu’ils n’en consomment. Ce bilan énergétique positif est calculé à l’échelle d’une année, et tient compte de l’ensemble des consommations dont le chauffage, la ventilation, les appareils électriques divers ou encore l’éclairage.

Afin de limiter au maximum son empreinte environnementale, la maison à énergie positive tire tout d’abord profit d’une conception optimisée d’un point de vue bioclimatique : des puits de lumière et un agencement intelligent des pièces assurent une maximisation de l’ensoleillement tout au long de la journée, tandis qu’une architecture relativement compacte veille à éviter les points de déperdition de chaleur. La production d’énergie est quant à elle assurée par une source renouvelable comme l’éolien ou le solaire, avec en complément le chauffage apporté par une pompe à chaleur géothermique par exemple.

 

Quels sont les avantages de la maison à énergie positive ?

Outre le fait que la maison à énergie positive devrait devenir une norme obligatoire dès 2020, plusieurs raisons peuvent vous pousser dès maintenant à préférer ce type de bâti pour votre prochaine maison de famille.

  • Contrairement à une idée répandue, les économies d’énergie d’une maison BEPOS ne se font pas au détriment du confort des habitants. Une excellente isolation garantit l’absence de toute sensation de froid même en plein milieu de l’hiver, tandis que des aménagements spécifiques comme des volets roulants intelligents permettent de limiter l’échauffement en été ;
  • L’apposition d’un label BEPOS sur votre future maison apportera instantanément à cette dernière un réel supplément de valeur sur le marché. Vous pourrez ainsi largement compenser le coût plus élevé de ce type d’habitation en immobilier neuf.
  • La construction d’une maison à énergie positive est idéale pour les particuliers qui se montrent soucieux de leur environnement et qui souhaitent vivre en conformité avec leurs convictions personnelles.

 

Une formule-clé

La performance d’une maison à énergie positive est retranscrite par la formule suivante : BILANenpr ≤ ECARTautorisé

Où « BILANenpr » est le bilan de la consommation d’énergie primaire du bâtiment (différence entre l’entrant et le sortant) et « ECARTautorisé » un coefficient tenant compte du secteur géographique (zone urbaine ou rurale, climat méditerranéen ou océanique…) et du type de bâtiment (nombre d’étages, résidentiel ou tertiaire…).

 

Quelle évolution de la réglementation ?

La « réglementation bâtiment responsable 2020 », ou RBR 2020, devrait se substituer à la norme actuelle de la réglementation thermique 2012 pour tous les nouveaux bâtiments dont le permis de construire sera délivré à compter du 1er janvier 2021. La RBR 2020 intègre pleinement les exigences du bâtiment à énergie positive et devrait donc faire du BEPOS, à compter de cette date, la norme pour les maisons neuves.

D’ici là, les acquéreurs souhaitant que leur nouvelle habitation se conforme dès maintenant aux critères du bâtiment à énergie positive ont la possibilité de se tourner vers le label BEPOS Effinergie, sachant que les constructeurs de maisons individuelles sont encore rares sur ce créneau. Pour obtenir dès à présent une performance thermique bien supérieure à la norme légale, n’hésitez pas à vous renseigner sur les maisons labellisées RT 2012 « -10% » ou « -20% » chez des constructeurs comme Maisons Pierre.

En s’imposant une production d’énergie supérieure à sa consommation, la maison à énergie positive va profondément modifier le degré d’exigence des nouveaux bâtiments en matière environnementale. Une révolution à intégrer dès maintenant !

5 avantages offerts par une maison écologique

Au-delà de sa qualité d’isolation ou de construction, une maison peut intégrer aujourd’hui d’autres critères comme l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement. C’est le principe de la maison « écologique » ou « durable ». Quels sont ses principaux attraits ?

1) Un plus grand respect de l’environnement

La construction d’une maison écologique privilégie systématiquement des matériaux réputés plus sains à la fois pour l’environnement et pour la santé des habitants. L’objectif consiste à limiter au maximum les émissions de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, en prenant en compte à la fois la performance énergétique globale du logement (qualité d’isolation, besoins en chauffage…) et surtout la consommation d’énergie primaire. Cette dernière tient compte aussi du CO2 émis pendant la phase de transformation des matériaux et de construction du logement.

Une attention particulière est accordée à certains matériaux de finition tels que les enduits, les vernis ou les revêtements de sol. Les peintures naturelles sont elles aussi privilégiées.

 

2) Moins de consommation d’énergie

Du côté des isolants, l’accent est généralement mis sur des matières d’origine végétale ou animale au détriment des laines issues de l’industrie pétrochimique : la paille, le chanvre, la ouate de cellulose ou encore la laine de mouton sont autant d’options pour éviter les pertes de chaleur. Leurs performances sont aussi attractives que les produits synthétiques, avec la satisfaction complémentaire de faire un geste pour l’environnement.

Une maison écologique, bien qu’elle représente un investissement plus conséquent qu’une maison classique, représente donc un atout financier sur le long terme en matière d’économies de chauffage.

 

Ecologie et basse consommation, quelle différence ?

Les maisons écologiques accordent la priorité au respect de l’environnement, tandis que les maisons basse consommation ou passives cherchent à maximiser l’efficience énergétique du bâtiment et le confort des habitants. Quitte à employer des matériaux non écologiques mais réputés pour leur performance et leur innocuité, comme par exemple le polyuréthane, qui est à ce jour le meilleur isolant du marché.

 

3) Un air intérieur plus sain

Dans la course aux prix les plus bas, certains matériaux bon marché et non écologiques peuvent dégrader la performance énergétique globale du bâtiment et même représenter un danger pour la santé. L’évaporation de certains solvants organiques (peinture, etc…) peut ainsi laisser s’échapper des composés organiques volatils (COV) tels que le formaldéhyde, qui vont stagner dans l’air ambiant de la maison au risque de causer des irritations des voies respiratoires.

Une maison écologique et bien ventilée élimine ce problème et vous permet de jouir d’un cadre de vie plus sain et agréable. Des matériaux écologiques s’avèrent également bien adaptés à la régulation de l’hygrométrie à l’intérieur de l’habitation, évitant ainsi l’apparition de certaines pathologies liées à un taux d’humidité trop élevé.

 

4) Une plus-value significative à la revente

Une maison écologique va généralement coûter plus cher qu’une maison classique. En effet à niveau égal de performance et de confort, les matériaux écologiques reviennent à un prix nettement plus élevé dû à des chaînes de distribution plus strictes et à une disponibilité plus rare que les matériaux industriels.

Pour autant, cet effort financier supplémentaire sera récompensé si vous envisagez un jour de procéder à la revente du bien. Des matériaux sains et durables sont la meilleure garantie que votre maison connaisse une augmentation constante de sa valeur.

 

5) Des primes et subventions spécifiques

Il existe de nombreux dispositifs d’incitation publique pour vous aider à engager la construction d’une maison écologique. Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE), d’une part, vous accordera une ristourne égale à 30% du coût d’un chantier d’amélioration de la performance énergétique d’un bâtiment ancien. Le neuf, en ce qui le concerne, peut compter sur une TVA réduite à 5,5% pour certains aspects du chantier, comme la pose de panneaux solaires ou l’installation d’une chaudière bois par exemple. Au-delà, les subventions de l’agence nationale de l’habitat (ANAH) ou encore les primes énergie peuvent vous apporter un réel soutien financier.

À la différence des maisons basse consommation, la maison écologique ne constitue pas nécessairement un nouvel idéal à atteindre par tous les constructeurs. Elle peut cependant vous apporter un supplément de confort et, surtout, entrer en harmonie avec votre sensibilité environnementale.

Maison passive : bientôt un nouveau standard de la construction ?

Appréciées des nouveaux propriétaires pour leur très faible consommation d’énergie et leur haut niveau d’isolation, les maisons passives s’installent progressivement dans le paysage et offrent un cadre de vie agréable. Quelles sont leurs caractéristiques ?

Qu’est-ce qu’une maison passive ?

Le concept de bâtiment « passif » a vu le jour en Allemagne dans les années 1970. Il renvoie à l’idée selon laquelle une maison devrait consommer le moins d’énergie possible tout en assurant un excellent niveau de confort à ses habitants. Dans une maison passive, la chaleur naturelle produite par les occupants de l’habitation eux-mêmes ou encore par le fonctionnement des appareils électriques suffit à couvrir les besoins en chauffage. Cette performance est notamment permise par une isolation renforcée du bâti, qui réduit ou élimine entièrement les pertes de chaleur et les ponts thermiques vers l’extérieur.

Une maison passive, notamment si elle est équipée d’une pompe à chaleur, garantit une réduction drastique des besoins de chauffage en hiver, même si un apport de chaleur restera indispensable pendant les périodes de grand froid, que ce soit par un chauffage électrique, au gaz ou encore au bois. En été et par fort ensoleillement, des aménagements spécifiques doivent en revanche être conçus pour éviter une surchauffe de l’espace intérieur.

 

Quels sont les critères principaux d’une maison passive ?

L’obtention du label « Passivhaus » est soumise à une série de critères précis et exigeants. Votre future maison individuelle devra notamment :

  • Afficher un besoin en chauffage inférieur à 15 kWh par mètre carré et par an, soit par exemple une consommation d’énergie plafonné à 2250 kWh sur une année pour une maison passive de 150 m² ;
  • Consommer moins de 60 kWh par mètre carré et par an en énergie primaire pour l’ensemble des besoins, c’est-à-dire non seulement le chauffage mais aussi la ventilation, l’éclairage, la consommation des appareils électriques… À titre de comparaison, la réglementation thermique 2012 (RT 2012) impose une consommation d’énergie primaire maximale de 50 kWh par mètre carré et par an, et est donc un peu plus stricte sur ce point ;
  • Démontrer un haut niveau d’étanchéité à l’air. Le seuil technique, mesuré par un dispositif de type « BlowerDoor », est fixé à n50 < 0,6 /h ;
  • Limiter la température intérieure de la maison sous la barre des 25°c pendant au moins 90% des jours de l’année ;

 

Une maison passive, combien ça coûte ?

La construction d’une maison passive entraîne en moyenne un surcoût estimé entre 5 et 10% par rapport à une maison conforme aux normes RT 2012. Ce surcoût est ensuite susceptible d’être amorti par une moindre consommation d’énergie au quotidien.

 

Quels matériaux privilégier pour une maison passive ?

La construction d’une maison passive n’impose aucun type de matériau ni aucune technique en particulier. Le maître d’ouvrage est donc libre d’explorer différentes options incluant aussi bien une structure métallique que des cloisons en paille, par exemple. Le béton et le bois peuvent s’avérer parfaitement adaptés à la philosophie du bâtiment passif. Au-delà du choix du matériau, les maisons passives sont souvent équipées des mêmes technologies, dont notamment une ventilation mécanique contrôlée à double flux ou encore une pompe à chaleur ou un puits canadien.

La maison à effet joule : quels avantages par rapport à l’habitat passif ?

Sans viser une autonomie totale en énergie, la maison à effet joule fait le pari d’une isolation très renforcée et d’une élimination systématique des ponts thermiques pour rendre le chauffage tout électrique à nouveau attractif et conforme aux récentes normes. Des dispositifs performants tels que des radiateurs à inertie de dernière génération et des planchers chauffants vous permettent de profiter d’une chaleur douce et uniforme dans la maison, tout en bénéficiant de la modularité et de la simplicité du chauffage électrique. La capacité de programmer les créneaux horaires de chauffage pièce par pièce est un autre atout pour affiner votre consommation d’énergie et la réduire au maximum.

Maisons passives et maisons à effet joule représentent l’avenir de la construction résidentielle. Leur isolation renforcée et la qualité générale du bâti assurent à leurs propriétaires une facture de chauffage réduite à sa plus simple expression !