Quelles sont les caractéristiques d’une maison basse consommation ?

Un cadre de vie sain et agréable, une sobriété énergétique respectueuse de l’environnement, des matériaux de constructions de nouvelle génération… Le bâtiment basse consommation, ou BBC, est devenu une nouvelle norme avec l’avènement de la RT 2012. Mais quelles en sont les principales caractéristiques ? Maison BBC : de quoi s’agit-il ?

Les bâtiments basse consommation ou BBC se distinguent par leur qualité de construction, qui permet à leurs habitants de réduire considérablement l’énergie nécessaire (électricité, gaz…) pour se chauffer, s’éclairer et vivre au quotidien. La norme BBC pose notamment l’obligation de ne pas dépasser une consommation d’énergie primaire de 50 kWh par mètre carré et par an, ce qui inclut non seulement le chauffage et l’éclairage mais aussi la ventilation, l’eau chaude ou encore la climatisation.

Au-delà de la consommation d’énergie, les normes BBC s’attachent à contrôler de façon très poussée la qualité d’isolation du logement. Les fuites d’air, notamment, ne doivent pas dépasser un volume de 0,6 mètre cube par mètre carré et par heure dans le cas d’une maison individuelle, ou 1 mètre cube dans le cas d’une copropriété. Les qualités bioclimatiques du logement (exposition des pièces de vie au soleil, espace rationalisé…) rentrent également en ligne de compte.

 

BBC, RT 2012… Comment s’y retrouver ?

Les caractéristiques de la maison BBC ont été initialement définies en 2005, et ont fait l’objet d’un label délivré par l’organisme Effinergie. À cette époque, ces normes de construction étaient encore facultatives. Les constructeurs de maisons individuelles étaient donc libres de chercher à atteindre – ou non – ce niveau de performance énergétique.

Dans la droite lignée des accords du « Grenelle de l’environnement » en 2009, les autorités publiques ont ensuite défini une nouvelle norme obligatoire baptisée la RT 2012 (règlementation thermique 2012). Celle-ci reprenait la plupart des exigences de la maison BBC – notamment en termes de consommation d’énergie primaire du bâtiment. Pour tous les bâtiments neufs dont le permis de construire a été délivré depuis le 1er janvier 2013, l’ancien label BBC est donc devenu une norme à respecter obligatoirement.

 

Le saviez-vous ?

Le plafond de consommation énergétique de 50 kWh par mètre carré et par an est modulé en fonction de votre zone géographique et climatique. Il est ainsi porté à 65 kWh dans les régions les plus au nord de la France (zones H1a et b) mais est abaissé au contraire à 40 kWh seulement sur le littoral méditerranéen (zone H3).

 

Quel avenir pour le BBC ?

L’avènement de la règlementation thermique 2012 a rendu obsolète l’ancien label BBC pour tous les propriétaires qui souhaitaient aller au-delà de la norme obligatoire. Ces derniers, toutefois, peuvent désormais se tourner vers d’autres labels facultatifs, qui leur permettent d’accroître encore le niveau d’exigence en termes de performance énergétique pour se rapprocher de la future règlementation bâtiment responsable 2020 (RBR 2020), laquelle va introduire le concept de bâtiment positif.

Le nouveau label BBC Effinergie 2017 constitue, à ce titre, un objectif intéressant si vous souhaitez le meilleur pour votre futur chez-vous. Au-delà de la RT 2012, le BBC Effinergie 2017 intègre des exigences complémentaires en ce qui concerne par exemple la conception bioclimatique du bâtiment, la perméabilité à l’air du bâti ou le niveau de confort offert aux habitants.

 

Comment faire construire une maison BBC ?

Un constructeur de maisons individuelles comme Maisons Pierre vous garantit une conformité totale de l’ensemble de ses chantiers avec les exigences de la RT 2012, et donc du label BBC. En faisant appel à nos services, vous pourrez même viser un niveau supérieur de performance thermique en cherchant l’obtention du label RT 2012 -10% (sobriété énergétique renforcée de 10%) ou même du RT 2012 -20%. Vous profiterez par ailleurs de très nombreuses options de personnalisation pour l’ensemble des aspects pratiques et architecturaux de votre future maison. Aujourd’hui, Maisons Pierre anticipe déjà sur l’horizon 2020 et travaille en partenariat avec l’ADEME sur la conception de maisons répondant aux exigences de la RT 2020. Dans une optique d’innovation et d’économie d’énergies, l’objectif de Maisons Pierre est de concevoir et de construire aujourd’hui les maisons de demain, dites à énergie positive.

Le label bâtiment basse consommation a ouvert la voie aux techniques de construction et d’isolation qui constituent aujourd’hui la norme. Mieux vaut aujourd’hui dépasser l’ancien BBC 2005 pour vous rapprocher des normes à venir dans les années 2020 !

Devenir propriétaire en payant un loyer : nos conseils pour réussir

Le paiement mensuel du loyer peut parfois vous donner l’impression de gaspiller un argent qui serait plus utile pour vous construire un patrimoine et à devenir propriétaire. Mais comment vous constituer un bon dossier tout en supportant la charge de votre logement actuel ?

Dégager une capacité d’épargne tous les mois

Dans certains cas exceptionnels, il peut arriver que le montant de votre future mensualité de remboursement de prêt soit égale ou même inférieure au loyer que vous payez actuellement, pour un logement équivalent. La plupart du temps toutefois, l’accession à la propriété exigera de consacrer tous les mois une part plus importante de votre budget à votre logement.

Pour vous y préparer, commencez dès maintenant à mettre de l’argent de côté tous les mois : vous vous habituerez ainsi à votre futur niveau de vie, tout en construisant un apport personnel qui vous sera précieux pour convaincre un prêteur ou un constructeur de maisons individuelles. Un spécialiste tel que Maisons Pierre, pour rappel, n’exige qu’un apport minimal de 3 000 € pour devenir propriétaire de votre propre maison individuelle neuve et entièrement aux normes !

Afin de favoriser votre projet d’accession à la propriété, il peut être judicieux de rechercher temporairement un nouveau logement avec un loyer moins élevé si cela peut augmenter votre reste à vivre et votre capacité d’épargne.

 

Profiter des livrets réglementés

Pendant la phase de constitution de votre épargne en vue de l’acquisition d’un bien immobilier, certains produits et livrets s’avèrent plus adaptés que d’autres. L’ouverture d’un plan d’épargne logement (PEL), par exemple, rémunère votre épargne à un taux plus attractif qu’un simple livret A et ouvre des droits à prêt spécifiques, mais seulement au bout de quatre ans d’épargne. Vous pourrez épargner sur ce plan d’épargne jusqu’à 61 200 € au total, sans oublier le compte épargne logement (CEL) qui peut accueillir quant à lui jusqu’à 23 000 € d’épargne personnelle.

Si vous avez un contrat de travail dans une entreprise de plus de 50 salariés, vous bénéficiez aussi probablement d’un plan d’épargne entreprise (PEE) ou d’un autre type d’épargne salariale, qui peut être débloqué dans certaines conditions telles que l’achat du premier bien immobilier.

 

Vous êtes intérimaire ?

Les employés en contrat « précaire » (intérim ou CDD) ont typiquement plus de difficultés à emprunter. Vous pouvez néanmoins augmenter vos chances en contactant la FASTT, une association spécialisée dans l’accession à la propriété des intérimaires. Un coup de pouce souvent suffisant pour débloquer une situation que vous pensiez sans issue !

 

La location avec option d’achat : de quoi s’agit-il ?

La location avec option d’achat ou « location accession » est un dispositif très intelligent, qui vous permet de devenir progressivement propriétaire de votre logement en payant… un loyer ! Créé en 1984, le principe de la location accession implique que vous n’allez pas payer immédiatement la totalité du prix d’achat du bien – comme dans le cadre d’une acquisition classique – mais que vous allez vous acquitter chaque mois d’une somme mêlant loyer et épargne. Au bout de deux à trois ans, le montant à payer pour l’achat de la maison ou de l’appartement devient ainsi bien plus accessible.

 

Les aides et subventions disponibles

Vos revenus sont trop modestes pour vous permettre à la fois de payer un loyer et d’épargner pour un futur logement ? Vous êtes probablement éligible à un certain nombre de prêts aidés et d’autres dispositifs destinés à favoriser l’accession à la propriété des plus modestes.

Commencez par vous renseigner sur les conditions du prêt à taux zéro, dont les critères d’éligibilité ont été considérablement élargis depuis 2016. Rappelons que le PTZ vous permet de financer jusqu’à 40% du montant de votre opération au moyen d’un prêt à 0% de taux d’intérêt : soit un coup de pouce intéressant pour diminuer le coût global du crédit.

Le prêt à l’accession sociale (PAS), tout comme le PTZ, est soumis à des conditions de ressources. Il vous permet cette fois d’accéder à un crédit immobilier à taux plafonné (entre 3,10% et 3,55% au maximum).

Les foyers soumis au paiement d’un loyer élevé ne sont évidemment pas « condamnés » à rester locataires toute leur vie. De nombreux dispositifs et astuces existent pour vous permettent vous aussi d’accéder à la propriété.

L’accès à la propriété, un rêve toujours plus éloigné ? Bien au contraire : la diminution des taux d’intérêt

La constitution de l’apport personnel est traditionnellement présentée comme la première étape indispensable à un projet d’acquisition dans l’immobilier. S’il est certes préférable de mettre un peu d’argent personnel dans le projet, ce n’est cependant plus toujours une obligation aujourd’hui.

Emprunter sans apport ? Pas optimal, mais possible !

Obtenir un prêt immobilier sans aucun apport personnel ? Suite à la crise économique de 2008 et au scandale dit des « subprimes » outre-Atlantique, cette pratique autrefois très répandue avait connu un coup d’arrêt radical pendant de nombreuses années. Elle revient aujourd’hui en force au sein des banques françaises, à la faveur d’une disponibilité plus large du crédit et d’une politique monétaire accommodante de la banque centrale européenne.

Concrètement, cela signifie qu’un ménage disposant d’un bon dossier peut emprunter la totalité de la somme nécessaire à la réalisation de son projet, y compris certains frais annexes comme les frais de notaire. Dans d’autres cas, les banques ou les constructeurs de maisons individuelles continuent à exiger un apport, mais d’un montant très faible. Une acquisition chez un constructeur réputé comme Maisons Pierre n’exige ainsi qu’un apport minimum de 3 000 € ! Soit un montant d’épargne à la portée de la plupart des ménages qui s’en donnent les moyens.

 

Quelles contreparties à un prêt sans apport ?

En vous accordant un prêt sans apport personnel de votre part, une banque prend logiquement un risque plus important. Ce risque se traduit en règle générale par un taux d’intérêt un peu plus élevé que si vous aviez amené au projet votre épargne personnelle ou encore une aide financière de votre famille. Le sacrifice financier sera donc moins important au moment de l’achat, mais le projet vous coûtera plus cher au final en raison des intérêts supplémentaires à payer.

Pour obtenir un apport personnel, il vous faudra par ailleurs montrer patte blanche concernant votre dossier et veiller à rassembler l’ensemble des pièces justificatives nécessaires en temps et en heure. Les banques ont tendance en effet à se montrer légèrement plus exigeantes envers les emprunteurs qui n’ont pas démontré leur capacité d’épargne au moyen d’un apport.

 

Bon à savoir

Pour un profil équivalent et un même montant d’emprunt, le crédit immobilier accordé à un emprunteur sans apport affichera généralement un taux d’intérêt supérieur de 0,40 à 0,60%. Soit une augmentation non négligeable du coût du crédit, surtout si vous optez pour un remboursement étalé sur 20 ou 25 ans.

 

Quelques astuces pour devenir propriétaire sans apport

Vous avez découvert le bien immobilier idéal pour votre projet mais n’avez pas eu le temps de vous constituer un apport ? Le recours à un courtier en crédit immobilier doit être la première mesure à envisager ! Ce professionnel se chargera de contacter à votre place un grand nombre d’établissements bancaires, et de les mettre en concurrence pour vous obtenir les meilleures conditions d’emprunt. Le courtier, par ailleurs, doit être rémunéré si et uniquement si vous acceptez l’une des solutions qu’il vous propose !

Gardez également à l’esprit que les différents établissements prêteurs n’ont pas tous la même politique en matière de clients sans apport. Les grandes banques de réseau sont souvent les moins disposées à suivre ce type de projet. À l’opposé, des établissements de crédit spécialisés comme le Crédit Foncier, Cetelem Immobilier ou encore le Crédit Immobilier de France ont davantage l’habitude de traiter avec des emprunteurs modestes avec ou sans apport. Pourquoi ne pas tenter votre chance ?

 

Pas d’apport ? Profitez des prêts aidés !

Le recours au prêt à taux zéro ou encore au prêt à l’accession sociale (PAS) est une alternative intéressante si vous ne disposez pas d’un apport personnel. Ces prêts aidés, en pratique, permettent de bénéficier d’une enveloppe d’argent supplémentaire pour votre projet, à un taux d’intérêt nul ou très faible.

Le prêt sans apport effectue un retour en grâce auprès des banques. N’hésitez pas à en profiter pour réaliser votre projet immobilier sans tarder !